Retour à la page d'accueilPlan du siteEcrivez-nous
Pourquoi la Martinique ? Franck

Vous qui êtes aux cieux ...  |  Pourquoi la Martinique ? Franck  |  Corrida dans le devès

     Alors qu'elle était au Carmel de Hué, notre tante Tata Zane tomba gravement malade (pleurésie ?). Elle fut soignée dans un hôpital par une infirmière militaire martiniquaise, Germaine Michelin, mère d'un petit garçon, Franck, vivant en France dans une Maison d'Enfants ( un orphelinat). Tata Zane, revenue à Tours, à la Grande Bretêche, pour y effectuer sa convalescence, a dû parler de la situation de cet enfant d'environ un an à Papa et Maman. Pourquoi ne pas l'amener en Martinique où Berthe, une de ses tantes, institutrice, l'élèverait ? Sitôt dit, sitôt fait…enfin presque !
      Nous étions déjà cinq enfants à la maison, un de plus serait, certes, un surcroît de travail, mais Franck serait tellement mieux chez nous qu'à l'orphelinat en attendant son départ pour la Martinique. Pourtant en cette période d'après-guerre, dans les années 50, c'était la pénurie et l'ingéniosité était de rigueur. Pas de tissu ni de laine, qu'à cela ne tienne : les vieilles chemises du grand-père retaillées et agrémentées de smocks faisaient de jolies robes et les pulls, toujours du grand-père, défaits et retricotés, des pulls pour les enfants. Le point " Arlequin " faisait des merveilles ! Pas de bocaux à conserves ? Mais en Touraine, les bouteilles ne manquaient pas : il ne restait plus qu'à …y enfiler les haricots verts un à un !
      Mais revenons à nos moutonsss, ou plutôt à Franck.. Papa est allé le chercher et il vécut avec nous, Quai Portillon, un peu plus d'un an. En 1952, Papa, sa nomination à Fort-de-France obtenue, partit seul avec Franck , pour préparer notre arrivée. Quelque temps plus tard, quand il eut trouvé une maison, le reste de la " troupe " s'embarqua au Havre sur le paquebot " France " pour rejoindre la Martinique. Dès notre arrivée, nous avons pu faire la connaissance et apprécier l'hospitalité des oncles, tantes, cousins et cousines de Franck : les Fardin et Berthe Michelin. Une dizaine d'années plus tard, nous avons retrouvé Franck et sa mère à Sannois quand celle-ci prit sa retraite. La boucle était bouclée et la parenthèse Martinique s'est ainsi refermée. Elle nous a laissé des souvenirs aussi tenaces que ceux de Cros-de-Montvert et le projet, toujours retardé, d'y revenir pour leur redonner vie.
                                                                                                              Anne-Marie, le 15 septembre 2001

Franck et la Martinique en quelques photos
Cliquez pour agrandir l'image
 Jacqueline Fardin, cousine germaine de Franck
Cliquez pour agrandir l'image
 Thérèse et Franck
Cliquez pour agrandir l'image
 Fred avec Mme Fardin, son mari et sa fille, Jacqueline
Cliquez pour agrandir l'image
 Franck et Geneviève


Bienvenue chez Mémère Cros  | La famille Taillandier  | Dernières nouvelles  | Cros de Montvert  | Généalogie
Mentions Légales