Retour à la page d'accueilPlan du siteEcrivez-nous
Thérèse Kervran

Photo de jeunesse  |  Thérèse Kervran  |  Marguerite Paillet  |  Madeleine Picart  |  Ecrivez-nous

Thérèse au pensionnat
Nous sommes dans les années 1920-1930. C'est l'histoire, banale à l'époque, d'une petite fille d'un modeste village auvergnat : école primaire à Cros de Montvert (voir dans rubrique Cros de Montvert, photo aérienne du bourg), puis pensionnat de jeunes filles à Aurillac. Il fallait confectionner son trousseau, tricoter soi-même ses bas pour tout l'hiver, vivre séparée de sa famille, trouver le réconfort d'une autre amie interne avec laquelle partager lectures, fous-rires et bavardages (Joséphine Prat, de Lafeuillade en Vézie). 

     (Photo ci-contre, Thérèse et Fred le 19 juin 1939 à Cros)


A la poste (aussi) tout est possible
Cliquez pour agrandir l'image
 Thérèse à Cros en 1948 avec les 4 premiers enfants



     Le décès prématuré du père exile Thérèse à Nancy. Mais c'est pour retrouver la "grande famille des postiers" puisqu'elle travaille au Téléphone. Et, bien sûr, qui rencontre-t-elle? Un inspecteur des Postes, éloigné de sa Touraine natale, Alfred, qui devient son compagnon, pour le meilleur et pour le pire. Tant de choses (outre l'amour)  les réunissaient : leurs pères facteurs, tous deux anciens soldats à Madagascar, l'éloignement de leur famille.

     Alfred Kervran est l'aîné d'une famille bretonne émigrée en Touraine, à Loches (voir l'arbre généalogique). Dans cette famille de trois enfants, l'ambiance est austère, alliant la religiosité de la mère à l'anticléricalisme du père (Deux des enfants sur trois entreront dans les ordres, dont Marcel chez les Pères Blancs). Mais tous partageaient l'amour de la musique : le père chantait, Suzanne, la cadette, jouait du violon.

     Alfred et Thérèse se marièrent ... et eurent beaucoup d'enfants. Les points de suspension cachent une réalité difficile : mariés en juin 1939, la guerre est déclarée en septembre de la même année et le jeune époux est mobilisé...


Au rythme des naissances et des déménagements...
 A la Ma'tinique. De g. à dr.: Geneviève, Yves, Anne-Marie, Marie-Hélène et Alain
Leur histoire est marquée, comme celle de millions de Français, par la séparation. Alfred est prisonnier en Allemagne, souffre, en camp de prisonniers d'une pleurésie; Thérèse vit à Loches en zone occupée avec sa belle famille. 

     Le vent de l'Histoire s'étant apaisé, le couple vécut au rythme des naissances (six enfants) et des déménagements. La carrière d'Alfred emmène la famille en Martinique, de 1952 à 1954 (voir photo). Ils reviennent en métropole et s'installent à Bordeaux, pour six ans, puis à Janzé (surnommé "Janzé-les-bains de pieds" par les enfants) et à Paris.


Bienvenue chez Mémère Cros  | La famille Taillandier  | Dernières nouvelles  | Cros de Montvert  | Généalogie
Mentions Légales